Après une soirée suivi d'une discutions sous l’emprise d’alcool (version 2) vendredi soir, j'ai craqué...  
Aucune volonté ! Ou alors c'est lui qui n'en a pas... Oui oui c'est lui !  Zéro volonté "mon chat".
Ah oui je vous ai pas dit, nouveau nom de code de l'***obsession : le chat du coup je miaule, je ronronne.... et je tombe ! Aucun raport mais maintenaut il faut lire là suite.... 

***

Tranche de vie - La honte (?) :

Vendredi après notre discussion et bip bip bip,  quatre heures du mat, j'étais au lit bien tranquillement, réveil brutal après un rêve classé X,  j'ai chaud j’ai soif, très très soif.
Une flemme me gagne d'un coup mais pas le choix... Ah oui mais je ne suis pas chez moi, il fait nuit,  je suis bloquée entre une armoire à ma droite un mur en face de moi  "le chat" à gauche et je trouve, vu ou je suis placée, que la porte est  inatteignable...

ANALYSE de la situation... dans ma tête ça donne ça: je me laisse glisser au pied du lit tout en délicatesse, je passe mes jambes au dessus des pieds du "chat" en essayant de ne pas le réveiller et la porte sera juste devant moi, normalement ça devrait bien ce passer.

Aller je tente... Mais la délicatesse n’est vraiment pas mon fort… tssss
Première étape: - Glisser, jusque là ça aurait pu être pire, enfin je pense, pour la suite je m'embrouille, mais qu'elle conne, ce n’est pas ce qui était prévu.

Dos au lit ma jambe  gauche enjambe le « chat », la jambe droite toujours dans le lit... et la c'est le drame :
Glissade de la jambe gauche.... Et c'est la CHUTE 

Me voilà donc assise par terre au pied du lit, la cuisse droite en feu, la porte inaccessible en face de moi qui me nargue et à ma gauche la chatte (un vrai chat qui miaule vraiment) couchée sur le dossier du fauteuil qui me fait un petit "Mia", manifestement je l'ai dérangé ou elle se fou de moi... à ce moment précis elle aurait raison… !
Piouffff à part rigoler, je n’ai pas su quoi faire d’autre.

20160620_064632-1

Bon maintenant faut faire style de rien, il n’a rien entendu, il dort,  peut être, surtout je ne me retourne pas, j'ai quand même une pensé pour les voisins de dessous.... Quand j'y repense, ça a fait un sacré bruit ... BAM ... 

Vite direction la PORTE !!!   Après avoir bu facilement un demi litre d'eau, assise sur le canapé la musique de la veille en train de tourner sur l’écran de la télé, une clope à la main je me remémore la scène…
Voilà voilà !  Que dire de plus,  je suis allée me recoucher. J’ai bien mis une heure à me rendormir, j'avais mal, mais j'étais bien... J’étais avec "mon chat".

***

Je vais finir par le faire flipper avec ce genre d'article et de surnom ridicule! (- NON ne fuis pas, je ne suis pas folle...)   Mais faut bien que je me lâche, en ca présence je ne suis pas au taquet comme ça... il me rend timide... 
Mais zut j'ai bien le droit de trouver du plaisir dans des situations cocasses et dans un surnom ridicule mais mignon. 

J'ai jamais vécu ça, je ne parle pas de la chute, je parle du "chat", j'ai envie d'apprécier tout ces moments, de prendre tout ce que je peux, je ne sais pas où tout ça va nous mener, la chute sera peut être plus brutale que vendredi, je flippe, j’ai des petits coups de blues par moment, j'angoisse un peu... mais c'est tellement bon...  

20 juin 2016